Le pressoir, square de la liberté

Ce pressoir vertical Champenois peut contenir 2000 kg de raisin, soit la production de 12.75 hl de vin clair, soit 1700 bouteilles de champagne !

Les 3 cépages principaux de la Champagne sont cultivés à Verzenay :

Pinot Noir : représente 85% du vignoble planté à Verzenay. C'est le cépage dominant de la Montagne de Reims. Les vins qui en sont issus se distinguent par des arômes de fruits rouges et une personnalité affirmée. Il apporte à l'assemblage corps et puissance

Pinot Meunier : cépage vigoureux, moins gélif, plus tardif, donne des vins souples et fruités qui apportent à l'assemblage de la rondeur. Moins de 1% à Verzenay.

Chardonnay : se caractérise par des arômes délicats, des notes florales, agrumes, parfois minérales. Idéal pour le vieillissement des vins.

Les raisins sont récoltés exclusivement à la main et pressés lentement (3h) afin d'obtenir quel que soit le cépage  un jus blanc. Le jus fermente en cuve. Pendant l'hiver les arômes du vin se développent et arrivent à maturité au printemps. On peut alors procéder à la mise en bouteille. Les flacons sont stockés en cave pour une durée minimum de 15 mois (jusqu'à 10 ans…).Après dégorgement et étiquetage, la bouteille de champagne pourra être dégustée, avec modération !

Verzenay Ph air

Le four à Chaux

Construit en 1912 par la Société Piquemalh-Corn, il est adossé à la forêt et mesure une 15aine de mettre. Ce four servait à cuire la pierre calcaire ou les cendres sulfureuses qui étaient transportées par wagonnets depuis la forêt, lieu-dit « la jauge ». Ce four a très peu servi puisqu’à sa 1ère utilisation la maçonnerie s’est fendue. La Grande Guerre mis fin à son utilisation. Ce four est le témoin des activités passées à Verzenay et en Montagne de Reims – extraction de pierres et d’argiles.
Le principe était de séparer la pierre à chaux de l’argile. L’argile étant réexpédiée par le train du CBR vers les tuileries ou les centres de poteries, très présents et actifs en Montagne de Reims au début du 20ème siècle. Le calcaire était amené directement par les ouvriers sur le site du four à l’aide de brouettes ou de petits wagons. Le calcaire était ensuite versé dans le « gueuloir », par en haut, un feu était allumé en bas et la chaux était recueillie. La chaux servait à la fois pour la construction et pour les travaux agricoles et viticoles.

Le Chemin de fer de la banlieue de Reims

C’est en 1882 que le département de la Marne décide d’étudier le développement d’un réseau local de chemin de fer. La première ligne du CBR (chemin de fer de la banlieue de Reims), entre Reims et Ludes, est ouverte en mars 1896. La station de Verzenay est inaugurée le 29 mars 1896 : la locomotive est accueillie avec le champagne ! Le bâtiment de la gare est quant à lui construit en 1897. Le rez-de-chaussée se compose d’un bureau, d’une salle d’attente et d’une salle pour les marchandises. A l’étage, on trouve le logement du chef de gare, composé d’une grande pièce et de deux chambres. Le réseau complet du CBR est terminé en 1913 et maille le territoire en étoile depuis Reims jusqu’à Montmirail, Epernay, Châlons-sur-Marne, Soissons et Rethel. Mais avec le développement du transport automobile, la ligne du CBR est peu à peu abandonnée après la Première Guerre mondiale. Les lignes sont déclassées en 1937 et les terrains cédés aux communes. La gare est vendue dans les années 1990 et un nouveau lotissement (avenue de Champagne) a vu le jour à cet emplacement à la fin des années 1990.

9 CBR R

La Guerre 14-18

La Première Guerre Mondiale touche de plein fouet le vignoble Champenois. La Montagne de Reims regorge de lieux stratégiques à défendre à tout prix. C’est le cas de Verzenay, qui possède, entre autres, deux observatoires naturels primordiaux. Rapidement, les troupes françaises prennent possession du village et s’installent durablement. Les forces vives partent au front et les habitants qui restent doivent maintenant supporter règlements militaires et réquisitions… .
Le bilan de la Grande Guerre est terrible :
75 maisons détruites
91 maisons presque détruites
257 maisons détériorées
4 maisons seulement n’ont pas été touchées par les obus
6300 obus reçus
110 soldats morts
15 victimes civiles
32 mutilés
2300 habitants environ en 1901 et 600 en 1919.
La commune se verra remettre la Croix de Guerre et un monument aux morts sera inauguré le 24 avril 1921.

Pour en savoir plus retrouvez le documentaire (DVD), réalisé par la mairie en 2017 Verzenay et la Grande Guerre. Grâce à Christophe Delbé, un habitant passionné et féru d’histoire, un travail de collecte de mémoire a été réalisé. Documents, affiches, photos, objets récupérés, racontent une guerre impitoyable et nous plongent dans la vie quotidienne d’une population harassée, prise entre deux feux et sous occupation de l’armée française.

9 CBR R